• Accueil
  • > Archives pour octobre 2015
( 31 octobre, 2015 )

Sur le chemin des mots dits

Couverture

Une petite pub en passant !

Un voyage en poésie qui nous transporte dans des univers éloignés,

Avec pourtant au centre de chaque texte, l’omniprésence de l’homme.

Qu’il soit victime ou coupable, amoureux ou …

… Il traverse ici la pire de ses épreuves ; la vie !

144 pages

51 textes à caractère poétique

1 nouvelle

Sur le chemin des mots dits

http://www.lulu.com/shop/patrick-petit/sur-le-chemin-des-mots-dits/paperback/product-22419977.html

Bibliothèque nationale de France

http://nouveautes-editeurs.bnf.fr/annonces.html?id_declaration=10000000234572&titre_livre=Sur_le_chemin_des_mots_dits

 

 

 

 

 

( 29 octobre, 2015 )

Calé à Calais !

Calé à Calais

 

 

 

Comme ce vieux gréement français

Calé pour longtemps sur le quai

Tu respires les embruns du Channel

Sans jamais voir le bout du tunnel

 

Tu es de partout, même Soudanais

A rêver de thé chaud chez l’anglais

Mais le café remord reste français

En classe confort made in Calais

 

Des terres brûlées te faire la belle

Des guerres saintes ou bien rebelles

T’enfuir chez un parent moins cruel

Père en seconde langue, maternelle

 

Comme ce vieux gréement français

Calé pour longtemps sur le quai

Tu respires les embruns du Channel

Sans jamais voir le bout du tunnel

 

Tous ces risques et tous ces dangers

Pour espérer un jour boire la liberté

Ce fou parcours entre passeurs futés

Montagnes, savane et Méditerranée

 

Ce si bel hexagone tu veux quitter

Quel dommage de ne pas y rester

Apprendre le soudanais on est prêt

Peut-être même l’anglais, s’il fallait !

 

Comme ce vieux gréement français

Calé pour longtemps sur le quai

Tu respires les embruns du Channel

Sans jamais voir le bout du tunnel

 

( 8 octobre, 2015 )

SHOAH

On dit parfois dans nos si fières campagnes

Que l’on donnerait plus facilement l’endroit

Où se trouvent de pauvres gens d’infortune

Plutôt que dévoiler son coin à champignons

Mais ce n’est qu’un on dit !

 

Shoah

 

Etoile jaune pour costume

Donné par mes voisins

D’un palier sans teint

Promesse d’un voyage offert

Première classe vers l’enfer

Aller simple, dix de der

 

Ma peau craque sur les os

De faim, de froid

Et le bâton du kapo

 

Coiffeur de métier

J’ai rasé ma mère, l’ai rassurée

Et mon épouse, sans craquer

Sur le palier des voisins

On ne sait qui est ailleurs

De ce posthume festin

 

Ma peau pleure sur les os

Destin qui fait froid

Et le bâton du kapo

 

Sur le palier des voisins

On ne sait qui est le tailleur

De ce costume défunt

Une étoile jaune s’éteint

De froid, de faim

Sous le maton du destin

 

Ma peau craque sur les os

De faim, de froid

Et le bâton du kapo

 

Détail d’histoire pour les uns

Et d’autres prennent ce train

Ce convoi vers un avenir vain

Privé de couleurs et d’odeurs

La crise offre aux urnes bon dos

Frise funeste vers quel eldorado

 

Ma peau craque …

 

 

|