( 8 octobre, 2015 )

SHOAH

On dit parfois dans nos si fières campagnes

Que l’on donnerait plus facilement l’endroit

Où se trouvent de pauvres gens d’infortune

Plutôt que dévoiler son coin à champignons

Mais ce n’est qu’un on dit !

 

Shoah

 

Etoile jaune pour costume

Donné par mes voisins

D’un palier sans teint

Promesse d’un voyage offert

Première classe vers l’enfer

Aller simple, dix de der

 

Ma peau craque sur les os

De faim, de froid

Et le bâton du kapo

 

Coiffeur de métier

J’ai rasé ma mère, l’ai rassurée

Et mon épouse, sans craquer

Sur le palier des voisins

On ne sait qui est ailleurs

De ce posthume festin

 

Ma peau pleure sur les os

Destin qui fait froid

Et le bâton du kapo

 

Sur le palier des voisins

On ne sait qui est le tailleur

De ce costume défunt

Une étoile jaune s’éteint

De froid, de faim

Sous le maton du destin

 

Ma peau craque sur les os

De faim, de froid

Et le bâton du kapo

 

Détail d’histoire pour les uns

Et d’autres prennent ce train

Ce convoi vers un avenir vain

Privé de couleurs et d’odeurs

La crise offre aux urnes bon dos

Frise funeste vers quel eldorado

 

Ma peau craque …

 

 

Pas de commentaires à “ SHOAH ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|